Tag Archives: double vie

La double vie de…et si? (Volet 1)

5 Juin

Ils ont bercé notre enfance, ils ont envahi nos livres d’histoire, ils ont pris d’assault notre télévision, nous les avons aimés, admirés, détestés parfois mais nous sommes nous vraiment interrogés sur qui ils étaient vraiment? Etaient-ils vraiment épanouis dans leur quotidien? dans leur…sexualité? Vous savez pourquoi nous ne nous sommes jamais posés ces questions?…Parce qu’ils semblaient HEUREUX! Et pourquoi cela? Grâce à leur DOUBLE VIE!! Celle si bien câchée que même un fox terrier de l’armée de terre ni verrait que du feu! Mais les Crapulettes sont des journalistes hors pairs, ne l’oubliez pas, et nous avons réussi à rassembler ces pièces manquantes du puzzle qui vont nous permettre de vous révéler…la vérité. (Parce que la vérité est…ailleurs…cachée…dans un placard)

La Redoute, collection Printemps

Andromède était un chevalier du Zodiaque durement entraîné. Il aimait la franche camaraderie, les soirées entre…amis et les batailles de polochons lors des soirées pyjamas, sans pyjamas. Andromède était cette petite chose fragile parfois, la larmichette devant un bébé chiot, ou devant son armure (rose) si bien nettoyée par sa maman.  Il était féroce lors de ses combats, mais savez-vous pourquoi? Parce qu’il aimait ça jouer avec des chaînes le gros coquinou!! Et puis, il n’aimait pas les remarques homophobes de ses gros lourdeaux en armure faites à son petit chéri Shiryu, chevalier du dragon. Sommes-nous si sûres de nos dires? Oui!! Nous avons trouvé leur photo de vacances à Bangkok…

Convaincues? (si vous ne l’êtes pas, il existe des pétitions pour le faire savoir, lol, je vous assure!!)

 

 

Jeanne d’Arc, ou Jeanne « la Pucelle », était appelée ainsi pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas eu de relations sexuelles avec…un homme!Etonnant de la part d’une société Moyenne-Ageuse, complètement machiste et rétrograde?! Rien ne nous prouve qu’elle n’avait pas déjà goûté aux plaisirs de la luxure avec une amie qui savait particulièrement bien faufiller ses doigts dans la côté de mailles…euh pardon, qui savait très bien, de ses doigts tricoter la côté de maille… 

Résultats de tout cela? 2 hypothèses divisent les hautes instances d’historiens de notre pays:

Lire la suite

« But I am a Cheerleader! » et ce qui se cache sous la jupe…

15 Mai

(Ne vous fiez pas à la couverture, quelque peu effrayante...)

Cette semaine, nous avions envie d’un film léger et drôle pour bien finir une semaine un peu éprouvante donc notre choix s’est porté sur « But I am a Cheerleader! » Bien que léger à première vue, ce film nous a réservé bien des surprises…

Le sujet: Une jeune fille élevée dans une famille (très) traditionnelle américaine (entendez par là, bons catholiques) mène une vie d’adolescente banale: elle est pompom girl, a des amies et a un petit ami depuis 2 ans. Le problème est que malgré tout, il se pourrait bien qu’elle soit lesbienne (bah oui, il y a des signes qui ne trompent pas!) Son entourage décide donc de l’envoyer dans une école de « réorientation sexuelle » (nous avons adoré le slogan « Straight is Great » !) dans lequel elle devra suivre un programme de 5 étapes pour en faire une bonne hétéosexuelle.

Pourquoi ça nous a plu: Tous les clichés sont là et totalement exagérés afin de nous faire passer un excellent moment (la femme objet, la parfaite définition des genres, la répartition des rôles et j’en passe). Le jeu d’acteur pourrait être meilleur mais nous avons été très surprises de retrouver celle qui jouait Jessica dans les American Pie, le policier de New York 911 ou encore Michelle Williams (Dawson, Le secret de Brokeback Mountain). On a particulièrement adoré les caricatures gays (la folle qui doit devenir bucheron, le lutteur devenu gay en prenant des douches après l’entrainement, etc.) et lesbiennes (la butch, la moche, la gothique, etc).

Pourquoi cela nous a apporté: il faut être tout à fait honnête, nous igniorions que de tels camps existaient bel et bien en réalité. Nous avions déjà remarqué quelques absurdités très bien dénoncées dans le film autant dans les démarches que dans la façon de considérer l’homosexualité dans cette école très spéciale mais lorsque nous avons ensuite découvert que de tels camps étaient implantés un peu partout aux USA (et surement ailleurs) nous avons été choquées et d’autant plus touchées par le film qui prend une nouvelle dimension. Sachez donc que dans certains camps, comme à Camp Holy Wild, moyennant 650$/ weekend, votre fils ou votre fille peut suivre une « thérapie de redressement sexuelle » afin de réussir sa « Gay conversion » puisque pour certaines communautés chrétiennes, l’homosexualité est un pêché voire une maladie mentale et qu’à ce titre elle se soigne (le camp affiche d’ailleurs des taux de réussite à 30%, le film vous montrera comment ces chiffres sont tristement atteints).

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :